Société unipersonnelle : l’EURL

Le choix d’un statut juridique n’est pas définitf : les étapes de la création d’une eurl

Le choix du statut juridique d’une entreprise est la première étape à franchir dans la création d’une société. La décision se fait en fonction de l’activité et de quelques autres critères.Les entrepreneurs peuvent choisir entre deux solutions. Soit ils décident de travailler en leur nom au sein d’une entreprise individuelle, soit ils créent une personne moral afin d’avoir une société unipersonnelle.En créant une personne morale, on protège le patrimoine personnel car il est entièrement dissocié de l’activité professionnelle.

Opter pour une SASU se tourner vers une EURL : le choix à faire pour une société unipersonnelle

L’activité a un impact majeur sur le choix de la forme juridique d’une société unipersonnelle. Il n’existe qu’une alternative entre EURL et SASU.L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée se différencie principalement de la société par actions simplifiée unipersonnelle au niveau du régime social.Le gérant d’une EURL est considéré comme un TNS (travailleur non salarié). Alors que celui d’une SASU est assimilé salarié.Par conséquent, le montant des charges relatives à la rémunération n’est pas le même.

La gestion administrative de la paie et la protection sociale varient également.En bref, la rémunération avec une EURL est souvent plus élevée, mais la protection sociale est moins performante que dans une SASU.Le régime fiscal diffère aussi selon la forme juridique adoptée. Une SASU est assujettie obligatoirement à l’IS et à ce titre bénéficie des avantages qui y sont liés pendant 5 ans au maximum.Alors que pour une EURL, on peut choisir soit le régime de l’impôt sur la société, soit celui de l’impôt sur le revenu. C’est un choix qui est offert au gérant.

Cet article peut vous intéressez :   Les meilleures décorations à adopter pour un évènement

La création d’une entreprise sous la forme d’EURL : tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer

La responsabilité, dans une EURL, se limite aux apports versés. Leur montant est fixé librement par l’entrepreneur qui met ainsi à l’abri son patrimoine personnel.Le fait de pouvoir choisir s’assujettir l’entreprise à l’IS est idéal pour les entrepreneurs lourdement imposés. C’est en effet une option qui permet de bénéficier d’une fiscalité optimisée.Le régime social est également optimisé puisque les cotisations sociales ne sont pas établies sur la base des bénéfices. Elles sont calculées sur la base des rémunérations versées.La gestion d’une création EURL est nettement plus simple que celle d’une SARL qui diffère d’une EURL uniquement par le nombre d’associés.

Il n’est pas nécessaire de rédiger des PV d’assemblée ou des rapports de gestion.Si l’entreprise vient à s’agrandir en accueillant des associés supplémentaires, il est facile de basculer du statut d’eurl à sarl car la forme juridique est la même.Néanmoins, il faut aussi faire mention de quelques inconvénients comme la responsabilité limitée qui n’est pas toujours avérée. En effet, dans le cas de souscription à des crédits, l’entrepreneur doit donner des garanties personnelles.Les entreprises individuelles disposent d’un régime micro-social et d’obligations comptables simplifiées. Mais le fonctionnement d’une EURL est plus lourd sans ces avantages.Et en choisissant de soumettre l’EURL à l’IS, le gérant devra payer les cotisations sociales établies sur la quote-part des dividendes versés.Le versement devra être fait si ces dividendes excèdent 10% du montant qui se compose du capital social, des sommes versées en compte courant et des primes d’émission. : lLa création d’une entreprise démarre pas le choix de son statut juridique, il faut donc prendre cette décision après une réflexion poussée.

Cet article peut vous intéressez :   Pourquoi réserver un taxi à Clermont ?