Comment surmonter l’hypersensibilité émotionnelle ?

On voit de nos jours de plus en plus de personnes qui manifestent et présentent des signes d’hypersensibilité émotionnelle.

La définition de l’hypersensibilité émotionnelle est ce caractère propre à une personne qui ressent de façon plus intense les émotions.

Elle fait montre d’une grande amplification.

Comment surmonter l'hypersensibilité émotionnelle

Les hypersensibles émotifs ont une plus large palette d’émotions.

Il est donc important de développer des stratégies pour améliorer le vécu quotidien des personnes vivant avec l’hypersensibilité.

Voyons donc comment surmonter l’hypersensibilité émotionnelle.

Reconnaître son état et savoir que l’hypersensibilité n’est pas un défaut

Le premier pas qui est le plus important dans le processus de rétablissement est la reconnaissance.

En effet, le sujet doit se reconnaître en tant que personne hypersensible de type émotionnel.

Il est important d’avoir une image claire de son hypersensibilité et d’en connaitre les réalités.

L’ignorance de l’état est un passeport pour la souffrance.

Il faut savoir que l’hypersensibilité émotionnelle n’est pas un défaut.

En effet, elle ne comprend pas que des aspects négatifs.

Au lieu de se considérer comme un réceptacle d’émotions, il faut se voir voire comme une personne aux attentions particulières.

Il faut pouvoir entretenir la sensibilité et trouver les canaux d’évacuation du trop-plein.

Les hypersensibles qui trouvent des canaux comme les arts ont des œuvres qui sont empreintes de beaucoup de puissance et d’intensité.

Il faut que ces canaux soient naturels et créatifs.

Les activités manuelles sont les plus indiquées en matière.

Apprendre à dédramatiser

Il n’y a pas de honte à être émotif.

Il faut néanmoins augmenter son seuil de frustration.

L’hypersensible ne pas doit autoriser certaines considérations.

En pleurant ou en étant très émotif, il n’y a pas matière à avoir honte.

Après une dure journée, que ce soit à la maison ou dans un endroit public, les larmes ne sont pas des signes de faiblesse.

Elles sont plutôt le canal d’évacuation du trop-plein des émotions.

Il est important de faire le rapport entre les réalités actuelles de l’hypersensible et le regard que les parents avaient sur le sujet dans son enfance et son adolescence.

Ce regard est responsable de la façon dont l’hypersensibilité est appréhendée à l’âge adulte.

Il faut donc savoir que le fait d’être hypersensible n’est pas un sujet de honte.

Vivre de façon pleine son émotivité

Pour vivre pleinement son hypersensibilité, il faut pouvoir développer une grande discipline comportementale.

Si l’entourage sait que vous êtes plus émotif que la moyenne, il ne devrait pas avoir de rechignement quand vos larmes commenceront à couler en public.

Le revers est que vous ne soyez pas appelé à vivre ou à côtoyer des personnes connues ou des personnes compréhensives.

Il faut donc être à l’écoute de votre corps et des signaux de vos émotions.

Au signe annonciateur, le mieux à faire est de se retirer quelques minutes dans son bureau ou dans les toilettes pour pleurer un bon coup.

Cultiver la prise de recul et prendre l’habitude de se reposer

Il est plus intéressant d’éviter les éclats de voix dans une discussion.

Il est également plus élégant de prendre du recul.

Une aération de quinze minutes peut éviter un épisode de larme ou de vives disputes.

Les sujets hypersensibles doivent éviter les discussions vaines qui entrainent des disputes sans fondements.

Par ailleurs, comme on le dit souvent, il faut prendre le temps de souffler un peu.

Les accumulations ne font que créer un bloc d’émotion qui va se rompre à un moment inattendu.

Il est important de développer ses routines personnelles et de prendre des temps de repos physiques et émotionnels.

Les émotions font partie intégrante de la vie en société.

Leur bonne gestion est le gage de la bonne santé physique et surtout émotionnelle.

Tout cela contribue à avoir un équilibre dans la société.


Articles connexes :

Comment s’élever spirituellement grâce à la méditation ?

Douleur entre les omoplates : qui consulter ?